samedi 9 janvier 2010

RHINOPLASTIE ET THEORIE DE LA BEAUTE


Johannes VERMEER1632 1675 la fille à la boucle d’oreille

Notre époque étant celle de l’Image, la Beauté y tient-elle une place supérieure à ce qu’elle a pu être par le passé ? 

Cela pourrait-être un sujet de discussion, mais avant de revenir à nos moutons, en l’occurrence la rhinoplastie, il me semble intéressant d’énoncer quelques notions théoriques sur la Beauté. Puis dans un second temps d’intégrer la place du nez dans la beauté et l’harmonie du visage.

On entend souvent prononcer "ceci est beau, cela est laid, c’est un chef-d’œuvre, c’est nul…". Combien de jugements téméraires, superficiels ou contradictoires ne fait-on pas au cours de son existence. On dit aussi que les goûts et les couleurs ne se discutent pas…
Si cette manière de voir est juste, toute critique d’art est impossible, tout choix artistique est voué à l’échec. Oh je sais, certains vont dire que la beauté est une affaire de goût et d’appréciation personnelle. D’autres, que c’est une chimère indescriptible et indéfinissable. 

Certes les critères de beauté ne sont pas universellement partagés, même si la notion de beau est universelle. Cette notion est influencée par les civilisations, les époques et les lieux (pensez aux femmes-girafes Birmanes, aux négresses à plateau, …). Assurément, ces conceptions se défendent, mais ne résistent pas à l’objection que certaines œuvres d’art comme le Parthénon, la place St Marc, ou la Joconde… enchantent et continuent d’inspirer les artistes depuis des siècles. 

Non la beauté n’est pas simplement une appréciation personnelle et certains visages (ex. quelques stars de cinéma) rencontrent un suffrage quasi universel. On peut donc admettre que de super-chefs-d’œuvre existent, capables de défier temps et mode. Ils se rapprochent du " Beau Absolu "suprême et transcendant de PLATON ; "le beau résulte de la justesse des proportions" proclamait PHOCILYDE il y a plus de 2600 ans. Mais s’il y a proportion, la Beauté devient mesurable et donc réelle et objective. Elle n’est donc plus une notion subjective, encore moins une chimère… 

Les Anciens ont ainsi pu décrire 7 critères du Beau :
  • Son objectivité (et donc sa possibilité d’être mesurée, nous y reviendrons avec le Nombre d’or)
  • Son universalité ( et donc sa capacité d’être reconnue par le plus grand nombre)
  • Sa notion d’unité et d’harmonie (voir article sur le nez harmonieux)
  • Sa distinction du sublime (qui s’adresse essentiellement à la Nature et aux œuvres du Créateur... )
  • Sa distinction de l’utile ( la notion de beau est à priori indépendante de la notion d’utilité, même si Raymond Loevy, le père de l’esthétique industrielle a dit  "La laideur se vend mal")
  • Son action bénéfique (pour le corps et l’esprit…)
  • Sa simplicité (" Less is more" répétait le fameux architecte Mies Van der Rohe, le beau se distingue du riche, du pompeux, de l’extravagant…)
En accord avec les philosophes, la beauté de tout être ou de toute chose se compose de 4 éléments : 
la précision
la symétrie
la coordination
la structure fonctionnelle
Ces 4 éléments se retrouvent toujours dans un projet de rhinoplastie.

- La précision concerne les surfaces, la peau doit être nette, les structures précises et régulières ( l’arête nasale, la pointe, les narines…). Pensez à la beauté d’une fleur dont la régularité et la netteté enchante universellement.
- La notion de symétrie n’est pas toujours absolue, on dit bien que » l’asymétrie crée le mouvement » , mais en matière de nez un minimum de symétrie est requis. D’ailleurs beaucoup de patients consultent pour un nez dévié. Et en Art, la laideur a souvent été évoquée sous la forme d’une paralysie faciale …
- La coordination ramène à la notion déjà traitée d’harmonie et de proportion nasale et faciale. Il ne sert à rien de réduire beaucoup une bosse nasale, si on ne peut réduire d’autant la pointe du nez. De même qu’il serait une erreur fâcheuse de faire un petit nez à un grand visage . 
- Le quatrième critère qui concerne la structure fonctionnelle n’est plus un secret pour celui qui lit régulièrement ce blog( cf Forme et fonction dans la rhinoplastie)

Nous ne rappellerons jamais assez qu’un nez est fait pour respirer et qu’en général un nez laid respire mal.
Ces notions théoriques qui finissent par être ennuyeuse (si, si...) vont tout de même nous permettre d'envisager la notion d'analyse faciale et la recherche de proportion idéale du nez . Nous verrons cela dans un prochain article. 
A Bientôt


Ref. Biblio.:Charles-Auguste BAUD-Chirurgie artistique nasale conservatrice 1998

2 commentaires:

  1. très intéressant! j'attends avec impatience l'article sur l'analyse faciale.
    Merci Docteur.

    RépondreSupprimer
  2. merci de vous intéresser à ce blog. Le prochain article devrait être publié prochainement, de même qu'un album photo que beaucoup ont réclamé.

    RépondreSupprimer