mardi 28 décembre 2010

RHINOPLASTIE ET HARMONIE FACIALE : Ou le nez au milieu du visage

Nombreux sont ceux qui trouveront aberrant de tenter de normaliser l’esthétique d’un nez, la Beauté diront-ils n’est pas chiffrable.

A ceux–ci, on rétorquera que les Artistes ont de tout temps mesuré, chiffré, divisé le corps humain pour en décrypter la beauté des proportions. Ils vous répondront alors que la Beauté n’est pas quantifiable. Fort heureusement, car l’appréciation esthétique demeure individuelle, ce qui lui laisse un champ très vaste, où chacun peut exprimer sa sensibilité, fonction de son vécu, de ses goûts et aspirations, de son humeur du moment, de son âge, et bien d’autres critères encore….

On serait donc tenté d’oublier toutes les valeurs moyennes standards, dites de référence, lorsque l'on fait une étude d’harmonie et de beauté, et en ce qui nous concerne un projet de rhinoplastie esthétique. Mais revenons aux artistes…
Dès l’Antiquité, la notion de quantification du Beau intéressait déjà les esprits. Les artistes ont de tout temps puisé dans la nature et dans l’observation du vivant. Les peintres de la Renaissance y ont beaucoup travaillé. Parmi eux on citera Dürer, Léonard De Vinci…qui ont découpé le corps humain et la face, en particulier en cercles, triangles, carrés avec une précision géométrique.

Les plus scientifiques en ont déduit des modèles mathématiques dont le plus célèbre est le Nombre d’Or (ou Divine Proportion) connu depuis l’Antiquité (Pyramides, Parthénon...), puis décrit avec précision en Italie à la Renaissance et utilisé depuis par les artistes et les architectes comme Le Corbusier ou Dali pour citer les modernes.

Dans la Nature, la beauté est souvent associée au nombre d’or dont la valeur est 1,618. Il semble que l'harmonie du visage n’échappe pas à ces règles de proportion, et celle du nez plus que toute autre. Ainsi comme les Artistes, pour assurer une valeur esthétique et durable à un projet de rhinoplastie, il convient de ne pas se limiter à des arrangements instinctifs et empiriques , correspondant, soit au vécu corporel du patient et à ses aspirations, soit à un effet de mode, quand ce n’est pas simplement au gout du chirurgien.

Ce qui fait la beauté du nez, ce sont, certes des dimensions intrinsèques idéales, mais aussi une intégration harmonieuse et proportionnée au niveau de la face. Pour cela, certains auteurs dont BAUD, ont décrit des secteurs faciaux respectant le Nombre d’Or, relativement faciles à tracer sur un profil et donc utilisables en pratique.

A l’heure de la généralisation de la photo numérique et du morphing, c’est donc un gage de qualité de tenter de clarifier un projet de rhinoplastie en y introduisant une dose de proportion idéale et artistique, plus ou moins chiffrable et indémodable.

Nous étudierons ces mesures dans le prochain post.  

Le nombre d'Or, la beauté mesurée :


   

Le nombre d'or : 


   

 The Divine Proportion (Phi) : 


 

3 commentaires:

  1. Eh bien je ne suis qu'admirative devant tout ce que vous nous apporter docteur, le masque de beauté, les rapports entre les parties du corp pour trouver une mesure entre Phi et 1, le nombre phi ou 1.618 le nombre universelle de la beauté, les relations géomatiques...Je crois qu'au fur et à mesure que je lis vos articles les repenses à mes toutes premières questions augmentent d'ampleur, mais encore une autre question docteur si vous n'y voyez pas d’inconvénients, pour quelle mesure sert ce calcul(1+√5)/2 ?
    Et merci infiniment pour tout !

    RépondreSupprimer
  2. On arrive à 1,6 environ , soit 1/ le nombre d'or. Comme le nombre d or est un problème de proportionnalité , en pratique cela correspond à la même chose. C est comme on parle de double ou de moitié ...

    RépondreSupprimer
  3. Ah d'accord donc le nombre d'or est égal à l'inverse de (1+racine5)/2, c'est logique. Merci beaucoup et je m'excuse de vous avoir dérangé avec mes questions.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer